Home > Startups > Luxinnovation : la boutique des start-up

Luxinnovation : la boutique des start-up

Rencontre avec Frédéric Becker et Nicolas Valaize de Luxinnovation qui nous présentent l’activité de soutien aux start-up innovantes de l’Agence, one-stop-shop pour la création et le développement de start-up.

Combien de projets avez-vous reçu, évalué et accompagné en 2013 ?

FB : Nous avons rencontré plus de 250 projets de création d’entreprise sur l’année 2013. Nous les accompagnons, d’une manière complète ou simple, selon les besoins identifiés lors de la rencontre avec l’entrepreneur. Ce support – qui devient intense pour les projets les plus prometteurs – se concrétise par la création, in fine, de trente à quarante start-ups par an au Grand-Duché.

De quels domaines émanent plutôt ces projets ?

FB : Comme l’innovation peut se retrouver dans bien des domaines, nous sommes sollicités pour tous types de sujets. Il s’agit le plus souvent d’entreprises actives dans le secteur ICT, qui développent  des solutions cloud, applis mobiles ou hardware. Cependant, les secteurs de l’écotechnologie et des sciences de la vie sont également fortement représentés. Nous accueillons à de nombreuses reprises des sociétés étrangères qui s’interrogent sur l’opportunité de créer une activité au Luxembourg. Les gouvernements successifs font un travail considérable pour promouvoir l’attractivité du Grand-Duché en la matière, on en ressent les bénéfices, grâce notamment à la qualité des infrastructures ICT, les Datacenters en particulier.

15% des projets que vous recevez voient le jour alors…

NV : Je ne pense pas que ce soit un taux particulièrement bas ou élevé. Beaucoup des personnes que nous recevons sont à un stade très en amont de leur projet. Il nous arrive ainsi chaque semaine de discuter de projets au seul stade de l’idée, ce sur quoi nous pouvons capitaliser pour aider le client sur l’élaboration de son business plan et de sa structuration. Après un premier input de notre part, les porteurs de projets innovants peuvent également intégrer le concours 1,2,3 GO où notre collègue Antoine Hron agit en tant que relais pour le Luxembourg. 1,2,3 Go leur apporte un coaching supplémentaire par des entrepreneurs chevronnés et experts, issus de la Grande Région. Nous rencontrons beaucoup de personnes au profil plutôt technique et qui présentent parfois quelques lacunes côté business. L’inverse est également une réalité. C’est avec plaisir que nous les accompagnons/coachons, c’est une des valeurs ajoutées de notre équipe.

Vous ne vous occupez que de start-up en phase early stage ?

FB : Non, bien sûr ! Nous accompagnons également des entreprises qui en sont à une phase beaucoup plus avancée dans leur développement. Certaines sont des entreprises étrangères qui viennent s’implanter au Luxembourg et qui, dans leurs pays respectifs, réalisent déjà un chiffre d’affaires, ont des employés, etc.

Mais le rôle de notre équipe consiste à aider les entrepreneurs à démarrer leur projet dans les meilleures conditions. Pour cela, nous travaillons main dans la main avec les différentes initiatives présentes au Luxembourg, comme les incubateurs par exemple. Par la suite, pour ce qui est de la création effective et administrative, nous sommes étroitement liés à la Chambre de Commerce et son Espace Entreprises. Il en va de même pour l’Espace Contact de la Chambre des Métiers.

Une fois la start-up créée, quel est le rôle de Luxinnovation ?

NV : Lors de la phase de développement de la start-up, nous sommes très sollicités pour aider à structurer le business plan et orienter les entrepreneurs vers des partenaires publiques et privés qui travaillent sur des problématiques complémentaires, notamment en termes de recherche et développement. Le fait que nous gérions la Luxembourg Cluster Initiative chez Luxinnovation va dans ce sens. Nous offrons un accompagnement personnalisé à tout projet innovant auquel nous pouvons apporter une valeur ajoutée, ce qui passe par exemple par l’identification d’investisseurs potentiels. Notre porte sera toujours ouverte à toute entreprise et porteur de projet, d’autant plus si désireux d’implémenter de la R&D ou innovation au Luxembourg, nous  sommes  une porte d’entrée privilégiée au Luxembourg.

Comment décidez-vous d’accompagner ou non une start-up ?

FB : C’est surtout par rapport à ce que nous pouvons apporter à l’idée de projet ou bien à la start-up en question. Bien sûr, nous évaluons son potentiel business et regardons en premier lieu quelles activités seraient déployés au Luxembourg : recherche et développement, commercialisation etc.

Comment les entrepreneurs peuvent-ils vous rencontrer ?

NV : D’une part, les personnes peuvent contacter directement Luxinnovation pour une demande d’informations ou de rendez-vous. D’autre part, nous sommes présents sur la scène des start-ups via des événements que nous organisons ou soutenons. A noter que nos services sont gratuits, nous nous tenons à disposition des start-ups, quelle que soit leur demande pour les orienter efficacement dans toutes les étapes de leur projet.

Vous ne faites qu’orienter ?

FB : Non ce serait réducteur vis-à-vis du soutien quotidien que nous offrons à nos clients. Nous insistons sur l’approche tailor-made, nous sommes souvent perçus comme un « One Stop Shop » où les entrepreneurs peuvent à la fois trouver des services mais aussi des conseils. C’est le cas par exemple des entreprises qui sollicitent des aides d’Etat en recherche, développement et innovation. Nous détectons pour eux les aides d’Etat en adéquation avec leur projet et allons jusqu’à revoir leurs dossiers de demande afin que celles-ci soient en ligne avec les critères du Ministère de l’Economie. De même, nous déterminons avec eux les différents types de financements privés (banques, business angels, capital-risque, etc.) dont elles pourraient bénéficier. En outre, nous définissons ensemble leurs besoins en matière de protection de la propriété intellectuelle ou de transfert de technologie.

Comment vous faites-vous connaître auprès des start-up ?

FB : Nous travaillons en étroite collaboration avec les incubateurs, les espaces de coworking, les chambres professionnelles, le Ministère de l’Economie, les centres de recherche, les médias, etc. Nous sommes également présents lors d’événements majeurs où nous intervenons en tant que coaches et membres de jurys, comme par exemple aux Start-up Weekends.

Venons-en maintenant à votre nouvelle identité graphique. Quels sont les messages que vous souhaitez faire passer ?

FB : Notre nouvelle identité visuelle reflète davantage notre volonté d’être accessible, dynamique et ouvert sur l’international. Luxinnovation n’avait pas changé de logo depuis plus de 15 ans, la nouvelle identité visuelle donne un coup de frais à l’Agence, grâce à un système graphique moderne.

Quels sont les projets de Luxinnovation pour 2014 ?

NV : Nous avons initié des activités de networking, comme le 3 décembre dernier lors d’un afterwork réunissant plus de 150 membres de la communauté start-up. Vos lecteurs seront informés de la prochaine édition que nous préparons actuellement. Nous tenons à assister aux nombreux évènements de l’écosystème, afin de promouvoir nos services qui, rappelons-le, sont gratuits. De nombreux acteurs, Silicon Luxembourg y compris, font la promotion de l’environnement favorable aux start-up au Luxembourg. Cela contribue à attirer de très beaux projets au Luxembourg.

Le nouveau gouvernement a mis l’accent sur le développement des start-ups. Qu’en pensez-vous ?

FB : Il y aura une continuité par rapport au gouvernement précédent dans les actions menées très favorable à l’environnement start-up (cf. programme gouvernemental). Les Clusters constitueront également un fort appuie. Au travers des missions économiques auxquels ils participeront durant l’année, ils sensibiliseront les acteurs étrangers sur le potentiel du Luxembourg comme place idéale pour l’implantation d’entreprises innovantes.

Quel usage faites-vous des réseaux sociaux chez Luxinnovation ?

NV : En plus de nos comptes Twitter et Facebook, nous avons créé durant l’été 2013 le groupe Linkedin « Start-up Luxembourg ». L’idée de départ était de fédérer la communauté start-up et d’en estimer la taille. Notre surprise fût grande, puisque nous comptons près de 1.000 membres à ce jour. Nous encourageons d’ailleurs vos lecteurs à nous y rejoindre. Les réseaux sociaux nous permettent d’encourager le dynamisme de cette communauté tant sur le plan national qu’international.

N’y a-t-il pas aujourd’hui trop d’initiatives pour les start-up ?

FB : Il y a effectivement de nombreuses initiatives qui voient le jour régulièrement et nous nous efforçons de les rencontrer, toujours dans cette optique de one-stop-shop, afin de renseigner les porteurs de projets sur ces nouvelles initiatives. Nous assisterons par exemple dans un futur proche, au développement du domaine Biotech avec l’ouverture d’un incubateur dédié. Nous anticipons des installations de pointe pour ce type de start-up. De même, l’initiative 1535°C à Differdange devrait voir le jour cette année, tout comme Ecostart 3, qui élargit l’offre en halls industriels pour les start-ups.

Merci.

En savoir plus sur Luxinnovation, cliquez ici.

You may also like
Fit 4 Start Goes HealthTech And Digital This Time
Opening Up Its Network: Silicon Luxembourg Moves Up A Gear
Find The Perfect Investor In Minutes Not Months With Unicorn Nest
Beauty Matching Engine™: The Go-To AI Solution For Beauty Retailers