Home > Startups > #OpenAccess : MyScienceWork partenaire de l’écosystème scientifique du Luxembourg

#OpenAccess : MyScienceWork partenaire de l’écosystème scientifique du Luxembourg

Reading Time: 3 minutes

Que de chemin parcouru pour la startup MyScienceWork. Après avoir bénéficiée du programme d’Aide aux Jeunes Entreprises Innovantes et fêtée le premier anniversaire de l’ouverture de son bureau dans la Silicon Valley, l’entreprise déploie depuis peu sa nouvelle offre Polaris et ouvre aujourd’hui encore un peu plus l’accès à la recherche pour favoriser l’innovation scientifique. C’est notamment le cas au Luxembourg où l’entreprise est désormais un partenaire privilégié de l’écosystème scientifique du Grand-Duché comme en témoigne son premier laboratoire partenaire : le laboratoire de biologie du cancer (LBMCC). Au coeur de cette réussite, l’Open Access et la mise à disposition en ligne de contenus scientifiques pour le plus grand nombre.

(Photo : l’équipe de MyScienceWork dans la Silicon Valley. Avec des bureaux à Luxembourg, Paris et San Francisco, la startup n’en finit plus de grandir)

« L’Open Access permettra notamment de mieux valoriser la production scientifique réalisée au Luxembourg en améliorant la visibilité, la diffusion et le nombre de citations des articles publiés par les chercheurs. » – extrait de la page 116 du programme gouvernemental.

Une entreprise luxembourgeoise experte en Open Access

L’article du programme gouvernemental est clair : le gouvernement souhaite que les établissements de recherche valorisent plus leurs résultats afin d’accroître leur rayonnement international.

Si quelques établissements de recherche font le choix de développer leur propre portail scientifique pour promouvoir leurs articles en Open Access et renforcent leurs équipes de communication et de valorisation, de nombreux centres de recherche font le choix de déléguer ce travail à des experts.

C’est le nouveau challenge relevé par l’entreprise luxembourgeoise MyScienceWork connue pour son portail international pour chercheurs. Sur celui-ci, chacun peut consulter un catalogue en libre accès de plus de 30 millions d’articles et accéder à une communauté globale d’un demi-million de chercheurs ou de passionnés de science.

Fin 2014, l’entreprise MyScienceWork lançait le service Polaris : des portails clef-en-main et personnalisées pour les instituts de recherche. Ces plateformes combinent une archive de dissémination et de mise en valeur de leurs recherches, des outils d’analyse et des services de communication professionnels.

La promesse de cette offre est d’aider les établissements de recherche à mieux partager leurs publications et à les rendre compréhensibles et visibles auprès des scientifiques, du grand public et des industriels.

Impact économique et sociétal décuplé

L’entreprise MyScienceWork SA a été crée au Luxembourg en 2012 et a été soutenu financièrement par l’Etat du Grand-Duché dans le cadre de son programme ‘Jeune Entreprise Innovante’. L’équipe est composée de chercheurs, de développeurs et de journalistes, repartis dans des bureaux au Luxembourg, à Paris et en Silicon Valley.

Forte d’une vingtaine de collaborations avec des établissements de recherche dont Stanford et l’Université Pierre et Marie Curie (Paris), MyScienceWork apporte aujourd’hui aux centres de recherche du monde entier sa technologie et son innovation made in Luxembourg and Silicon Valley.

Rayonnement de la recherche luxembourgeoise

Au sein de l’hôpital du Kirchberg se trouve le laboratoire de biologie du cancer nommé LBMCC, premier laboratoire du Grand-Duché à s’équiper de Polaris en décembre 2014. La plateforme produite par l’équipe MyScienceWork regroupe l’ensemble de leurs 241 publications de recherche, des profils détaillés de tous leurs chercheurs, et des métriques leur permettant de notamment savoir qui consultent leurs travaux de recherche. Les journalistes de MyScienceWork diffusent également des articles mensuels vulgarisant leurs dernières découvertes.

Remplaçant ainsi son ancien site par une solution clef-en-main optimisée pour la visibilité des résultats de recherche, le LBMCC a ainsi vu rapidement croître son trafic : le premier article de presse ayant été déjà lu plus de 2 000 fois, partagé plus de 100 fois sur Twitter et 1 350 sur Facebook. La publication scientifique mise en valeur est ainsi rapidement devenue la publication la plus consultée et commentée du laboratoire.

MyScienceWork apporte aux centres de recherche son trafic international qui comptait en septembre dernier 230 000 visiteurs unique, 2 millions de pages vues, 338 000 téléchargements mensuels et un taux de retour des visiteurs de 30% (source publique sur Alexa). Un tout récent partenariat avec Google Scholar permet également à l’ensemble des publications d’une institution d’être indexées sur le moteur de recherche scientifique de Google.


You may also like
House of Startups
Funding.lu: The Financing Landscape At A Glance
Are We Ready To Civilize The Wild West Of Cryptocurrencies?
APS Enlarged Its Offer With Two New Products